comment gérer son stress au permis ?

Quoi de plus frustrant que le stress du permis ?

On pensait être prêt et on retombe à zéro…

En tant que moniteurs d’auto-école, on se doit de trouver des solutions pour aider nos élèves à ne pas stresser en conduite et le jour de l’examen.

Ou disons plutôt, pour diminuer le stress du permis au maximum 🙂

Mais pour ça, il faut d’abord bien comprendre le phénomène !

C’est pourquoi, on va voir ensemble ce que provoque le stress, d’où il vient et surtout comment y remédier pour réussir son permis sereinement.

Quelles sont les conséquences du stress ?

Comme on va le voir, les conséquences du stress en conduite sont multiples et souvent très gênantes.

Le regard fixe

Quand on est stressé au volant de la voiture, on a tendance à fixer.

Le regard se fige droit devant, souvent pas très loin en plus !

Du coup, impossible de regarder sur les côtés. 

C’est la première conséquence du stress.

Déconnecté de son corps

On sait tous que c’est notre tête qui contrôle nos gestes, donc nos pieds et nos mains. 

Et bien quand on est stressé, on a l’impression de ne plus contrôler son corps avec sa tête…

De ne plus pouvoir réagir…

On a tout simplement l’impression d’être spectateur de notre conduite…

 D’être dans un autre monde et d’être complètement perdu…

Déconcentration

Souvent quand on est stressé, on va également se déconcentrer rapidement et facilement.

C’est logique car on focalise plus sur l’examen que sur sa conduite.

On va penser à ce que fait l’inspecteur par exemple.

À ce qu’il pense de nous, pourquoi il a soupiré, bref…

On va penser à des choses sans intérêt !

Il peut même arriver qu’on n’entende plus rien.

On n’entend plus ses consignes…

Enfin… On les entend mais on dirait qu’elles n’arrivent pas jusqu’à notre cerveau.

Ceci est également dû au stress. 

Et là, ça devient vraiment compliqué.

Recevoir l’information mais ne pas être capable de l’analyser…

Comme si l’inspecteur était en train de parler à quelqu’un d’autre.

Le résultat, c’est qu’on ne conduit pas comme on devrait conduire ou simplement comme on conduit d’habitude !

On a vraiment envie que ça se finisse vite pour passer à autre chose parce que on ne se reconnait plus.

Le stress, c’est naturel…

Avant d’aller plus loin, il faut bien comprendre une chose :

On est tous soumis au stress !

Personne ne peut y échapper !

L’être humain fonctionne comme ça.

C’est un phénomène naturel que l’on va ressentir face à un défi, un danger ou l’inconnu.

Donc le but n’est pas de se débarrasser du stress mais plutôt d’arriver à le gérer, à le canaliser.

Et on va voir comment faire.

À quelle dose ?

Le stress de conduire

Zéro stress

Parfois, on croirait que certains élèves ne ressentent pas le stress.

Mais ce n’est pas vraiment la réalité.

Sur le coup, ils ne sont pas stressés parce qu’ils n’ont tout simplement pas d’exigences envers eux mêmes. 

En fait, il se fichent un peu du résultat de l’examen. 

Comme ce n’est pas important pour eux, forcément ils ne ressentent pas le stress. 

Pourtant, ils le ressentiront à un moment dans leur vie, sûrement pour autre chose qui leur importe plus :

Leur mariage (envie que tout se passe bien), un entretien d’embauche, etc… 

À dose raisonnable

Quand on ressent le stress à dose raisonnable, on arrive à le gérer plus facilement.

En fait, il a même un effet positif sur nous !

En effet, il va nous booster comme une dose d’adrénaline !

Résultat : ça peut augmenter notre attention et donc notre efficacité.

Trop, c’est trop !

À haute dose par contre, le stress a tendance à nous paralyser. 

Mais attention : si tu ressens trop de stress, il y a souvent une raison.

En effet, c’est un révélateur de ton niveau ou de ton état d’esprit.

C’est à dire que si tu te présentes à l’examen avec un niveau qui n’est pas suffisant pour le réussir…

Forcément, ça va te stresser…

Et c’est logique parce que tu sens au fond de toi que tu n’es pas capable d’y arriver à l’heure d’aujourd’hui.

Évidemment le niveau, ça se travaille.

Trop de stress peut être aussi révélateur d’un mauvais état d’esprit…

C’est à dire que tu n’y crois pas, que tu manques de confiance en toi.

Mais rassure-toi, ça se travaille aussi 🙂

Les causes du stress en conduite

Voici les causes principales pour lesquelles on a tendance à stresser.

D’ailleurs, tu te reconnaîtras peut-être dans l’une d’elles !

Si c’est le cas, tu verras qu’il y a des solutions (plus loin dans l’article).

Les films négatifs

Si tu n’as jamais passé ton permis…

Tu vas dans l’inconnu, tu ne sais pas trop ce qui t’attend….

En plus, tu as certainement entendu par ci par là des choses pas très rassurantes.

Et comme tu ne sais pas à quelle sauce tu vas être mangé, tu as tendance à t’imaginer le pire…

C’est comme ça, on a plus tendance à s’imaginer de mauvaises choses que de bonnes choses. 

Tu te vois par exemple, en compagnie d’un inspecteur super rigide, super sévère..

Tu t’imagines en train de rater une direction ou de te tromper de vitesse… 

Tu t’imagines que l’inspecteur va te demander de faire le « créneau de la mort » ou qu’il va essayer de te piéger !

Bref, on est tous plus ou moins pareil.

On se fait des films négatifs qui ne sont pas la réalité !

Et voilà ce qui cause en partie le stress.

Si par contre, tu as déjà passé ton permis et que ça ne s’est pas très bien passé… 

Alors tu vas stresser simplement à l’idée de revivre ça !

Mais en réalité, ce n’est pas vraiment du stress cette fois-ci…

Tu ne vas pas dans l’inconnu car tu sais déjà comment se passe un examen.

Cette fois-ci, il s’agit plus de la peur de revivre cet échec et de l’angoisse de recommencer.

Tu te dis : » Mince ! Je vais encore faire pareil ou ça va peut-être être encore pire !! ».

Rares sont les personnes qui arrivent à se dire : » Bon ! Cette fois, ça va allez ! C’est bon, j’ai compris, j’ai vu ce qui s’est passé la dernière fois et maintenant je vais assurer ! ».

Hélas, on a plutôt tendance à imaginer le pire.

Le regard des autres

Quand on passe le permis, on se fie beaucoup au regard des autres.

Un peu comme si on le passait pour eux au lieu de le passer pour nous…

On peut même ressentir de la honte si on le rate !

Autour de toi, tu as peut-être des amis qui l’ont passé et réussi facilement du 1er coup ?

Et quand ils te voient prendre 40, 50 heures de conduite ou plus, il se disent que c’est beaucoup.

Tu as donc cette pression sur toi, ce « couteau sous la gorge » (qu’on se met soi-même finalement).

On pense beaucoup trop aux autres au lieu de penser à nous. 

Et c’est ça qui te fait stresser encore plus. 

La confrontation

3ème raison qui provoque pas mal de stress, c’est de se sentir jugé par l’inspecteur.

Le jour de l’examen, on est dans la voiture avec lui assis juste à côté et on se sent en quelque sorte sous son emprise.

Tous les projecteurs sont braqués sur nous pendant environ 30 minutes. 

Et ça peut vite mettre la  la pression.

On oublie hélas que c’est notre travail qui est évalué et non pas nous-même en tant que personne !

Donc, ce face à face avec l’inspecteur, cette sensation d’être jugé est une des raison pour laquelle on stresse à l’examen du permis. 

Un enjeu vital

Faire du permis un enjeu vital empêche à tous les coups de relativiser et donc de se détendre assez.

C’est comme « la vie ou la mort » !

C’est vrai, on a absolument besoin de son permis pour le travail, pour amener ses enfants à l’école ou pour être libre et ne plus dépendre des autres tout simplement…

Bref, peu importe la raison !

Dans tous les cas, on a tendance à ne pas relativiser sur le fait que c’est possible de le rater, que ça fait partie du « jeu ».

Et que même si ça ne fait pas plaisir, ce n’est pas la fin du monde et qu’on aura toujours la possibilité de le repasser. 

Manque de confiance en soi

Une autre raison aussi qui fait que l’on stresse beaucoup (et tu es peut-être aussi dans ce cas), c’est que l’on manque de confiance en soi.

Tu es peut-être une personne stressée dans la vie de tous les jours ?

Tu ne crois pas en toi de manière générale ?

Et le fait que tu sois obligé d’affronter cette épreuve, le fait de devoir te challenger, te booster a tendance à te faire baisser les bras rapidement. 

Tu te dis :   » Je suis pas capable de le faire, c’est trop difficile ! »…

Si tu as une mauvaise estime de toi et que tu ne crois pas en tes capacités, alors le permis ne va pas arranger les choses. 

Mais ne t’inquiète pas si tu es dans ce cas là, comme on te l’a dit tout à l’heure, on va te donner des solutions qui pourront t’aider.

Ne pas être assez bon partout

Redouter une situation en particulier provoque pas mal de stress aussi.

Tu redoutes peut-être de faire un créneau parce que ce n’est vraiment pas ton dada ?

Tu espères que l’examinateur ne t’amènera pas à cet endroit ou dans cette intersection parce que tu ne te sens pas à l’aise dans ce coin ?

Ok, mais tu vas te mettre une pression énorme à cause de ça car tu joues à pile ou face. 

C’est un peu comme certaines personnes qui passent leur bac et qui font l’impasse sur certains cours ou sur certaines matières.

Forcément, ils ont plus la pression en allant à l’examen.

Donc, tu imagines bien que le jour du permis, si tu as un créneau à faire et que c’est ton point faible, ton stress va monter puissance 10 !

Au fait, connais-tu ton niveau exact ?

Trop penser au stress !

Il y a une dernière chose qu’on aimerait te dire et c’est pas une des moindres…

Quand on met trop d’attention sur quelque chose, on lui permet de grandir !

Donc en pensant sans arrêt que tu vas stresser et bien ton stress va se décupler.

C’est presque mathématique 😉

Les solutions contre le stress en conduite

Voyons maintenant les solutions qui vont pouvoir t’aider à gérer ton stress au permis.

Dédramatiser

Voici un chiffre qui va te parler : 1 600 000

C’est le nombre de personnes qui passent leur permis chaque année en France.

Et plus de 800 000 le réussissent !

Ok, ça fait qu’un peu plus d’un sur deux, mais ça fait quand même beaucoup, vraiment beaucoup de monde.

Il faut comprendre que tu n’es pas seul(e) dans ce bateau. 

C’est vrai, quand on passe le permis, on passe SON permis… 

Ce n’est pas celui de son mari, ni de sa copine, ni de ses parents !

On passe vraiment le sien. 

Mais on a tendance à croire qu’on est seul dans cette histoire…

On voit les autres élèves dans l’auto-école mais on n’y fait pas forcément attention.

On a tendance à se renfermer sur nous mêmes. 

Pourtant, énormément d’autres personnes ressentent la même chose que toi en ce moment ou ont déjà vécu ces émotions quand c’était leur tour.

Donc relativise au maximum, on passe (presque) tous par là 🙂

Rappelle toi le chemin parcouru

Quand on va bientôt se présenter à l’examen, c’est super important de se remémorer le chemin parcouru.

De se remettre en tête toutes les étapes que l’on a réussi à franchir pour avoir aujourd’hui ce niveau !

Et donc la capacité de se présenter devant l’inspecteur.

Souviens toi, il y a peut-être 3 ou 6 mois, tu savais à peine tourner le volant de la voiture !

Tu galérais peut-être à démarrer, à rétrograder ou à regarder autour de toi ?

Mais tu as passé ces étapes et tu as fais plein d’autres choses comme des demi-tours, franchir des intersections, etc…

Rappelle-toi il y a 1 mois ou 2 quand tu n’étais pas sûr(e) de toi et hésitant(e). 

Aujourd’hui, ton moniteur(trice) ne te dit pratiquement plus rien et tu mérites ton permis !

Tu le mérites car tu as franchi toutes les étapes qui te mènent à être un conducteur ou une conductrice !

C’est important quand on va se présenter à l’examen de se remémorer ce par quoi on est passé. 

Alors garde bien ça à l’esprit !

Positive attitude

Tout à l’heure, on disait qu’on se faisait souvent des films négatifs.

Qu’on s’imaginait que l’inspecteur était méchant, qu’on allait rater ses vitesses, une direction, qu’il aillait nous piéger avec un créneau difficile, etc…

Et si à la place, on s’imaginait un film positif dans lequel tout se passe bien ?

Ok, j’arrive au départ d’examen et je suis invité à entrer dans la voiture.

J’ai bien ma carte d’identité,  tout va bien !

L’inspecteur a l’air super sympa, il me sourit.

Il me parle gentiment et ça me met à l’aise.

Je conduis bien, je gère mes intersections.

Tiens, il y a une priorité à droite !

Aucun soucis, je ne m’imagine pas en train de la louper !

Non au contraire, je me vois en train de faire ce qu’il faut.

Parfait ! L’inspecteur apprécie et me félicite.

Le simple fait de faire ça, va améliorer ton état.

Et si tu le fais pendant quelques jours voire quelques semaines avant ton examen, tu vas te conditionner mentalement à la réussite et non à l’échec.

Cette méthode paraît « bête » mais elle est redoutablement efficace !

Donc, n’hésite chaque fois que tu es chez toi au calme à te projeter positivement.

Aère-toi l’esprit !

Pour contrer les pensées négatives, change toi les idées !

Par exemple, tu peux aller au cinéma regarder un film comique ?

Il faut rire un peu(beaucoup) pour compenser le stress, arrêter de cogiter et de se prendre la tête !

Fais ce qui te plaît avant ton examen.

Conduite commentée dans ta tête

Si tu es stressé pendant ton examen, voici l’exercice parfait (tu le connais déjà surement).

Fais de la conduite commentée !

Mais dans ta tête seulement car à l’examen on ne va peut-être pas parler à haute voix 🙂

Donc, dis (dans ta tête) tout ce qui te semble important : panneaux, marquages au sol, piétons, etc… 

Par exemple :  » À droite il y a un stop avec un motard, ok il m’a vu et il ne bouge pas donc je reprend l’accélérateur…

Au bout, le feu est vert donc je ralentis au cas où il passe à l’orange… »

Cet exercice permet de travailler le regard et l’analyse . 

Et pourquoi la conduite commentée est un super remède anti-stress ? 

Parce que quand on commente dans sa tête, on n’a plus le temps de stresser, tout simplement !

On ne pense même plus à la personne qui est à côté de nous. 

On pense juste à sa conduite et ne t’inquiète pas, ça ne t’empêchera pas d’écouter les consignes de l’inspecteur : « Nous irons à gauche » « Nous irons à droite ».

Ça peut vraiment t’éviter de stresser pour rien et de te poser des questions inutiles.

Ça va te permettre de rester plus concentré et donc de ne pas stresser.

Les examens blanc

Faire des examens blanc et évidemment en réussir au moins un, est une très bonne solution anti stress. 

Pourquoi ?

Parce que le fait de vivre (même si ce n’est qu’une simulation) une situation ou des situations d’examen, te donnera plus d’assurance.

Tu auras l’impression d’avoir déjà vécu (plusieurs fois) l’examen même si c’est pas vraiment la réalité :

L’installation, les consignes de départ, l’agglo, le hors-agglo, la manoeuvre, les vérifs, le timing, la façon dont le moniteur va te parler (le vouvoiement par exemple). 

Tu seras entrainé(e) à ne plus être assisté(e), à te débrouiller seul(e).

Tu seras habitué(e) à ce qui te faisait peur et donc forcement tu auras moins peur.

Le stress fera place à la motivation parce que tu te seras prouvé que tu peux réussir !

Craque un bon coup !

Parfois, que ce soit en leçon ou pendant un examen blanc, on va te dire la vérité sur ton niveau (sans minimiser tes erreurs).

À ce moment là, il peut arriver de craquer…

Il peut carrément y avoir des larmes…

Ça t’es peut-être déjà arrivé à toi aussi ?

Pourquoi ?

Parce qu’on sent qu’à un moment donné, on n’y arrive plus.

Impossible de franchir le cap, ça bloque…

Cerise sur le gâteau : pendant un examen blanc par exemple, le fait qu’on ne soit plus Fab ou Steph les moniteurs mais qu’on soit dans la peau de l’inspecteur…

 … Avec le vouvoiement, etc… 

Amplifie cette crise…

Mais au final, c’est peut-être pas plus mal.

En fait, c’est même pour la bonne cause !

En effet, quand on craque, on évacue le trop plein d’émotions. 

On évacue justement le trop de stress, et ça fait un bien fou !

Et même si ça peut paraître négatif au 1er abord, en fait c’est le contraire.

Ce qu’on remarque avec nos élèves au quotidien, c’est que lorsqu’il leur arrive de craquer une fois, le lendemain ils sont bien meilleur. 

Plus concentrés, plus performant, comme apaisés.

Ça permet donc de rebondir et de revenir encore plus fort pour le prochain examen blanc ou pour la prochaine leçon de conduite.

La respiration

Voici encore une solution efficace pour diminuer le stress.

On va parler d’un exercice de respiration. 

On appelle ça « le carré ».

Ça va te permettre de te calmer quand tu es hyper stressé(e) chez toi ou avant de monter dans la voiture le jour de l’examen.

Comment ça marche ?

J’inspires pendant 4 secondes, je bloque ma respiration pendant 4 secondes, j’expire pendant 4 secondes et je bloque à nouveau ma respiration pendant 4 secondes…

Après avoir répété cet exercice plusieurs fois, tu vas naturellement te relâcher les tensions et ça ira mieux.

Cette technique a fait ses preuves.

Dans tous les cas, il faut retenir que lorsqu’on est stressé, il faut respirer au maximum !

Tu n’es pas obligé de le dire !

Petite astuce qui peut paraître banale mais qui est quand même importante pour éviter un surplus de stress.

Rien ne t’oblige à dire à tous les gens que tu connais que tu vas passer le permis tel jour, à telle heure et à tel endroit !

Tu peux tout simplement le garder pour toi pour éviter de te mettre une pression supplémentaire

Évidemment, ton moniteur(trice), le secrétariat de l’auto école sont au courant !

Nous aussi peut-être si tu fait partie de la PermisFamily (parce que on est tes moniteurs en ligne). 

Mais l’environnement personnel, c’est très différent (de l’environnement professionnel)…

Ce n’est pas le même rapport et les conseils ne sont pas les mêmes.

Tout ce que l’on te dit doit toujours de tirer vers le haut et jamais l’inverse.

Faire du sport

Peut-être que tu aimes bien courir, nager, faire de la boxe ou de la musculation ?

Peu importe le sport, son effet sur le stress est puissant ! 

Une fois que l’on a bien transpiré, le stress s’est envolé, on n’y pense même plus. 

Ça va peut-être te fatiguer un petit peu, mais c’est une très bonne fatigue.

Dans tous les cas, si tu te défoules bien la semaine avant l’examen, tu seras beaucoup plus détendu et serein à l’examen 🙂

Attend d’être prêt(e) !

Maintenant, on a une dernière chose à te dire.

Et c’est certainement la solution la plus importante de toutes :

Présente toi à l’examen uniquement lorsque tu es prêt(e) !

C’est tout bête mais en fait, c’est hyper logique !

Quand on n’est pas bien prêt, le stress est multiplié par 2, par 5, par 10 ou même par 100 !

Parce qu’au fond de nous, on sait qu’on va au permis mais que c’est encore bancal…

On sait qu’on a une chance sur deux…

Lorsqu’on sait qu’on a une faiblesse, on redoute de tomber sur la situation qui va révéler cette faiblesse. 

Si par exemple tu n’es pas à l’aise avec les giratoires…

Comment tu vas faire si tu tombes dessus ?

En plus, comme par hasard, ce qu’on redoute le plus arrive le plus souvent… 

Et les inspecteurs ont le chic pour mettre le doigt là où ça fait mal…

Donc si tu as un ou des points faibles, surtout travaille les et transforme les en points forts !

On te conseille même de ne pas être juste à 100% mais plutôt à 110 ou 120 % pour justement palier aux effets du stress.  

Pas besoin d’être un conducteur de formule 1 !

On ne te demande pas de savoir faire du rallye ou de savoir réagir à des situations extrêmes mais il faut que tu sois à l’aise en conduite. 

L’idée c’est de te présenter au permis en te disant que tu as fais ce qu’il faut, que tu n’as rien à regretter.

Donc présente toi à l’examen quand tu as réussi à faire au moins 3 heures de conduite sans erreur majeure.

Et adieu le stress le jour de l’examen du permis !